COVID-19 :

Suivez en direct les conférences de presse relatives à l’évolution du coronavirus en Belgique sur la page news.belgium.be/corona.
Elles sont également interprétées en langue des signes. Vous y retrouverez en outre les conférences de presse des jours précédents.

07 juil 2020 11:11

Les trafiquants de drogue n’ont pas connu de lockdown

La douane a présenté aujourd'hui ses chiffres semestriels sur la lutte contre le trafic de drogue et de cocaïne dans le port d'Anvers. Après tout, la Belgique est entrée dans un "lockdown light" à la mi-mars. Un peu plus tard, les frontières ont été fermées aux mouvements non essentiels. Un coup dur pour l'économie belge, mais cette crise était-elle également perceptible dans tous les secteurs ?

LES CHIFFRES EN DISENT PLUS LONG QUE LES MOTS

L'année précédente pour la période du 1er janvier au 1er juillet 2019, 23.235 kg de cocaïne avaient déjà été saisis. Cette année, le compteur est déjà à 28.865 kg de cocaïne. Une augmentation de près de 24 %, soit 5 tonnes de plus que durant les 6 premiers mois de 2019.

La mafia de la drogue ne s'est donc pas arrêtée pendant la pandémie de corona. Les 5 premiers pays d’origine étaient donc les suivants : l'Équateur (10.700 kg), le Brésil (5.214 kg), le Paraguay (4.478 kg), les États-Unis (1.485 kg) et le Costa Rica (1.287 kg).

LA COOPÉRATION INTERNATIONALE RESTE CRUCIALE

Selon Bob Van den Berghe, Law enforcement Expert à l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime,

"le programme de contrôle des conteneurs (PCC) pour nos ports maritimes, en particulier le port d'Anvers, est important à la lumière du trafic de cocaïne en provenance d'Amérique centrale et du Sud. La PCC peut donc être considérée comme une valeur ajoutée/une importance accrue pour le plan national des flux".

Après tout, la mafia de la drogue opère dans le monde entier, ce qui nécessite une coopération internationale. Le PCC joue donc un rôle important dans ce domaine en sécurisant la chaîne logistique mondiale.

UNE NOUVELLE ARME : LE SIDELOADER

La lutte contre la drogue est également restée l'une des principales priorités pendant la pandémie de corona, où les douanes ont vu leurs tâches étendues par le biais des contrôles aux frontières intérieures.

C'est pourquoi les douanes ont investi dans une nouvelle arme dans la lutte contre la drogue, à savoir le sideloader. L'avantage est que les douaniers ne dépendent plus des transporteurs et des entreprises de logistique pour la livraison des conteneurs aux scanners fixes, lors des saisies, du démantèlement et de la manipulation des conteneurs,... Avec le chargeur latéral, les douanes peuvent désormais également retirer les conteneurs des quais de déchargement pour les scanner en 2 dimensions (horizontalement et verticalement). 

MAIS LES CHIFFRES NE DISENT PAS TOUT

Il est clair que la mafia de la drogue n'est pas restée les bras croisés et a voulu profiter d'une crise mondiale, mais ce faisant, elle n'a pas compté sur les douaniers belges. Avec des capacités limitées, la douane a réussi à maintenir hors de la société des quantités hallucinantes de drogues. Il semble donc que 2020 sera une nouvelle année record en termes de saisies, surtout maintenant qu'une partie supplémentaire de la chaîne est habilement sécurisée.

https://finances.belgium.be/fr/presse/documentation